Hadj Ali, Abdelkader

  • Date :

    1883-1957

  • Notice historique :

    Hadj Ali, Abdelkader (Sidi Saada, Algérie, 1883 1957). Né en Oranie en 1883, Abdelkader Hadj Ali obtient la naturalisation française à l'âge de dix-huit ans. Il se rend à Paris peu avant la Première Guerre mondiale et travaille comme marchand ambulant. Mobilisé, il revient à Paris après l'armistice et adhère à la SFIO. En 1920, il rallie le Parti communiste et un an plus tard, il est le premier Algérien à militer à l'Union intercoloniale, une organisation anti-impérialiste créée par le Parti communiste. Entre 1922 et 1924, il écrit dans Le Paria, puis dans Caserna, journal anti-militariste publié par les communistes à l'attention des soldats algériens. Il utilise deux pseudonymes : Hadj Bicot et Ali Baba. Candidat colonial communiste dans la deuxième section de la Seine aux élections législatives de mai 1924, il sera battu d'une courte longueur (vingt suffrages au plus). A partir de 1925, Hadj Ali va gravir à une vitesse fulgurante les échelons de la hiérarchie coloniale de l'Internationale communiste. Après un séjour à Moscou, il est chargé de créer une organisation « nationaliste-révolutionnaire ». D'octobre 1925 à juin 1926, il participe au lancement de l'Étoile nord-africaine aux côtés de Messali Hadj sur lequel il exercera une influence profonde. Vice-président et trésorier de l'Étoile, il dirige l'implantation de l'organisation en région parisienne. Lorsqu'en 1928, l'Internationale communiste se détourne des mouvements nationalistes pour privilégier la stratégie de lutte des classes, il s'oppose à Jacques Doriot et conteste la nouvelle ligne du PCF mais quitte l'Etoile nord-africaine. C'est alors qu'il va progressivement prendre conjointement ses distances vis-à-vis du PCF. Et de Messali Hadj. Son nom apparaît à nouveau quelques mois comme directeur de El Ouma, le nouveau journal de l'Etoile Nord-Africaine, puis Hadj Ali disparaît totalement de la scène politique.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Stora Benjamin, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, Paris, L'Harmattan, 1985, pp. 51-55

    Stora Benjamin in Presse et Mémoire, catalogue de l'exposition « France des étrangers, France des Libertés », éditions Mémoire Génériques, 1990

  • Légende/crédits :

    Auteur de la notice

    Benjamin STORA

  • Mots-clés