/medias/customer_28/dictionnaire/Avetis_Aharonian_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

Aharonian, Avétis

  • Date :

    1866-1948

  • Notice historique :

    Aharonian, Avetis. Écrivain et homme politique arménien (Igdir, 1866-Marseille, 1948). Fils d'un forgeron illettré, il effectue de brillantes études en Aménie russe et obtient, grâce au concours d'un mécène, de pouvoir étudier les lettres et la philosophie en Europe (à Lausanne et à Paris). De retour au Caucase russe en 1903, il adhère à la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA, ou Parti Dachnak), et devient le directeur du collège Nercessian de Tiflis en 1907. S'ensuit une période troublée, liée à la répression des mouvements révolutionnaires en Russie, qui vaut à Aharonian d'être arrêté en 1909 puis de se réfugier en Europe. Il revient alors au Caucase en 1916, et préside le Parlement de la République d'Arménie indépendante (proclamée le 28 mai 1918). En janvier 1919, il est envoyé à Paris par le gouvernement arménien pour représenter la République arménienne à la Conférence de la paix. Sa délégation officielle (ou Délégation de la République d'Arménie) parvient à s'entendre avec la délégation des Arméniens de Turquie (ou Délégation nationale arménienne, présidée par Boghos Nuber Pacha) pour présenter à la Conférence de la paix une plateforme de revendications (ou memorandum) communes. Aharonian est l'un des signataires du Traité de Sèvres (10 août 1920) qui stipule la création d'un état arménien indépendant. Jamais ratifié, le dit traité est remplacé en juillet 1923 par le traité de Lausanne, dont Aharonian est également le signataire. La question arménienne enterrée (suite à la soviétisation de la République indépendante d'Arménie, d'une part, et à l'intégration de l'Arménie turque à la République de Turquie, d'autre part), Aharonian demeure en exil, continuant son combat sur le double terrain de l'anti-bolchévisme et de l'aide aux réfugiés, tout en poursuivant son Suvre littéraire. Il se retire de la scène publique après l'attaque cérébrale qui, en 1934, le laisse invalide.

  • Sources complémentaires :

    SOURCES D'ARCHIVES PUBLIQUES:

    Centre historique des archives nationales (CHAN, Paris, France): «Fonds Albert Thomas»/ 94AP387 à 394.

    COLLECTION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES:

    Bibliothèque nationale de France (BNF Tolbiac, France): les collections imprimées de la BNF présentent plusieurs ouvrages d'Avétis Aharonian, des éditions de ses discours prononcés devant la Conférence de la Paix à Paris (12 avril 1919) et à l'occasion du banquet de l'Amitié franco-arménienne (17 juillet 1919), ainsi que la collection du journal Haratch. Voir aussi l'ouvrage de Meguerditch Barsamian sur la vie d'Aharonian publié en 1930.

    FILMOGRAPHIE

    Malakian, Achod [alias Henri Verneuil], Avédis Aharonian, dernier président arménien, 1950, 31 mn (en arménien). Conservé aux Archives du CNC, Bois-d'Arcy.

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Ruvres traduites en français:

    Sur le chemin de la liberté, Marseille, Parenthèses, 1978

    Les anciennes croyances arméniennes, Université de Lausanne, 1913, rééd. Marseille, Parenthèses, 1980

  • Auteur de la notice :

    Anouche KUNTH

  • Mots-clés