Hameau forestier et le centre de préformation professionnelle d'Ongles (Ongles, Alpes-de-Haute-Provence)

  • Date :

    1962-1971

  • Notice historique :

    Présentation du contenu

    Ongles, dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, a accueilli en 1962 comme nombre d'autres communes de Provence, des familles d'anciens harkis, dans un hameau forestier spécifiquement conçu à leur intention. Une vingtaine de familles, soit plus d'une centaine de personnes pour une population d'un peu plus de 200 habitants, étaient encadrées par une réglementation d'exception. Les hommes étaient employés comme ouvriers forestiers, alors que leurs épouses tentent de s'adapter à la transplantation avec l'aide d'une monitrice de promotion sociale. Finalement, ce sont les enfants qui, par le biais de l'école, s'adaptent le plus facilement. Un lien particulier s'est instauré entre les familles d'anciens supplétifs et les habitants dans cette rencontre interculturelle. Lors de la fermeture du hameau forestier à la fin de l'année 1964 et du départ des familles pour la cité des Mimosas à Cannes, les habitants d'Ongles s'y sont d'ailleurs opposés. A ces familles, ont succédé en 1965, et ce jusqu'en 1971, des descendants d'anciens supplétifs envoyés de toute la France dans un centre de préformation professionnelle. Sous une stricte discipline quasi-militaire, plus d'un millier de jeunes âgés de 14 à 16 ans ont ainsi été marqués à des degrés divers par cette expérience.

    Après la fermeture du hameau forestier et du centre de préformation professionnelle, les familles d'anciens supplétifs arrivées en 1962, ainsi que tous les enfants d'anciens supplétifs qui ont fréquenté ensuite le centre de préformation professionnelle, ont continué à se rendre régulièrement sur ce site, où demeurent les fondations de leurs baraquements, qui est resté pour eux le lieu de leurs premiers pas en France. Une plaque a été posée au foyer rural qui avait été construit par les anciens harkis en hommage à Yvan Durand, lieutenant d'une section administrative spécialisée (SAS), qui avait démissionné pour pouvoir transférer ses anciens supplétifs en France, notamment à Ongles. Et c'est finalement en mars 2003 que le Conseil municipal d'Ongles a décidé de la création d'une exposition permanente, intitulée par la suite «Ils arrivent demain», sur le site historique du Château d'Ongles. Cinq ans plus tard a été inaugurée la Maison d'histoire et de mémoire d'Ongles (MHeMO), à la fois lieu d'histoire et de mémoire dédié aux anciens harkis et à leurs familles, à Yvan Durand et aux habitants du village qui les ont accueillis.

  • Sources complémentaires :

    Interview d'Abderahmen Moumen, L'accueil des anciens harkis à Ongles (1962-1971), MHF, 2012, 13 min.

    Programme Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) - Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1894/

  • Références :

    OUVRAGES ET ARTICLES

    Moumen Abderahmen (dir.), Ils arrivent demain! Ongles, village d'accueil des familles d'anciens supplétifs 1962-1971, Mairie d'Ongles et Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2008, 80p.

    Ursch Jacqueline, Grandes Vies minuscules bas-alpines, Ed. Le Sablier, 2009, 143p.

  • Auteur de la notice :

    Génériques

  • Mots-clés