Comité de liaison pour l'alphabétisation et la promotion Île-de-France (CLAP IDF) (fonds d'archives)

  • Date :

    1968-2002

  • Description physique :

    Nombre d'unités de niveau bas : 448

    Métrage linéaire : 70.00 ml

    Genre/Carac. phys. : Document d'archives

    Support : cassettes audio, cassettes vidéos (vhs), diapositives, photographies, affiches.

  • Nature du contenu : iconographie ; archives sonores ; archives audiovisuelles ; Recherche détaillée ; Archives associatives ou de collectifs
  • Langue :

    Langue du texte : français

  • Biographie ou histoire :

    Présentation du producteur

    Tout commence en 1966 lorsque les commissions alphabétisation de la Fédération des Associations de Solidarité des Travailleurs Immigrés (FASTI)

    Cf. instrument de recherche élaboré par Génériques.

    engagent une réflexion pour une meilleure collaboration entre les organismes d'alphabétisation et les associations. En juin 1966, les représentants de plus de 30 associations, réunis à l'occasion d'une session d'information, décident de faire quelques actions avant de définir une politique commune. Ils lancent donc une campagne de presse afin de recruter des moniteurs et de recenser les cours existant en région parisienne et les méthodes utilisées.

    « En France, un million d'analphabètes » in Hommes et migrations, supplément n°1065, 1984.

    Le 6 décembre 1967 se tient l'assemblée générale constitutive du Comité de Liaison pour l'Alphabétisation et la Promotion (CLAP). Cette union d'associations que forme le CLAP a pour objectifs de « développer l'alphabétisation, favoriser la promotion sociale et professionnelle des travailleurs étrangers et des personnes culturellement à l'écart de la société ou non ajustées à celle-ci ».

    Épaulé financièrement par le Fonds d'Action Sociale (FAS), le CLAP se donne alors pour moyens « 1- de regrouper et de coordonner sur l'ensemble du territoire français les efforts des associations adhérentes ; 2- de faciliter les échanges d'informations et d'expériences entre tous les groupements d'individus poursuivant les mêmes buts et de susciter partout où le besoin s'en fait sentir des centres d'alphabétisation et de promotion ; 3- d'être un centre de recherche et d'information sur les méthodes pédagogiques et les moyens didactiques appropriés ; 4- de permettre une meilleure connaissance des problèmes socio-culturels de ces populations et d'éveiller l'opinion publique à leurs problèmes ; 5- d'entreprendre auprès des pouvoirs publics, collectivités et autres organismes toutes démarches susceptibles de concourir à la réalisation de ces buts ; 6- d'inciter à la création de comités régionaux, adhérents aux présents statuts au sein desquels il pourra se faire représenter » [statuts, 1967].

    Voulu comme un espace pluraliste d'échanges pour l'égalité des droits, la lutte contre le racisme et l'expression des minorités culturelles permettant une réflexion collective en développant la vie associative et en formant ses acteurs, le CLAP regroupe, depuis sa création, des associations conservant leur autonomie et faisant appel à des bénévoles pour mener leurs actions. Celles-ci sont très diverses par leur histoire et leurs conceptions, leur taille, leurs domaines d'intervention : associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (ASTI), associations d'immigrés et communautaires, associations de formation et de préformation, associations d'éducation populaire (MJC, centres sociaux, etc.) Il s'agit donc d'un véritable réseau d'associations locales, régionales ou nationales dont quelques membres sont même des fédérations d'associations (Cimade, Secours catholique, FASTI, Culture et Liberté, FRATE, CLAPEST, etc.)

    Au nombre de 46 en 1968, elles sont 130 en 1995.

    Dans les années 1980, parmi les associations adhérentes du CLAP, la FASTI continuait de jouer un rôle important, aux côtés d'Accueil et promotion. Contrairement au Comité de liaison pour la promotion des migrants et des publics en difficulté d'insertion (CLP)

    Cf. instrument de recherche élaboré par Génériques.

    , le CLAP regroupait des associations plus petites. Le CLAP était adhérent au CLP et s'occupait plus d'alphabétisation tandis que le CLP était plus tourné vers la pré-formation. Il était perçu comme plus « militant ».

    Le mouvement de décentralisation général en France et la pression des partenaires institutionnels n'épargnent pas le CLAP qui, à la fin des années 1980, amène chacune des délégations régionales à se constituer en association loi 1901. Toutefois, le thème de la régionalisation est déjà débattu lors de l'assemblée générale de 1976 ; puis, à celle de 1982, il est décidé de mener une réflexion sur une restructuration du CLAP en consultant largement les associations pour aboutir à des propositions. Celles-ci donnent lieu, à l'AG de 1983, au vote d'une importante motion qui sera à la base de modifications des statuts en 1984 et ensuite du règlement intérieur. Ainsi, le CLAP s'est déjà largement décentralisé et régionalisé au cours des années avec la création des comités régionaux et de délégations CLAP dans plusieurs régions.

    En effet, à partir de 1974, des comités régionaux (représentants d'associations) et des délégations régionales (salariés) sont créés pour être plus proche du terrain ainsi qu'un secteur transrégional ayant pour but d'assurer un soutien ponctuel aux autres régions. Ainsi, jusqu'en 1990, le CLAP est un réseau d'associations formé par des « établissements » implantés dans 9 lieux géographiques dont 7 en province. Ces établissements, dénommés indifféremment délégation régionale (DR), pôle ou encore CLAP suivi du nom de la région administrative d'implantation, n'ont pas de personnalité juridique.

    Dans la continuité de ce mouvement de régionalisation et alors que le CLAP fête ses 25 ans d'existence, quelques structures associatives demandent à acquérir leur autonomie, encouragées en ce sens par les instances financières, principalement le FAS, pour constituer des associations autonomes juridiquement et économiquement. Après les régions PACA, Lorraine, Rhône-Alpes et Sud-Ouest, la délégation Île-de-France est la cinquième structure régionale à déposer ses statuts à la fin de l'année 1993. Le CLAP Midi-Pyrénées suivra ce mouvement l'année suivante. Le CLAP se compose alors des associations régionales, du CLAP national (à Paris), du CLAP Centre de Préformation pour travailleurs handicapés migrants (à Paris), du CLAP Normandie (à Rouen) et du CLAP Espace formateurs (à Lyon).

    Le CLAP Île-de-France (CLAP IDF), devenu une association loi 1901, est administré par un conseil issu, d'une part, de représentants de ses associations membres et, d'autre part, d'acteurs sociaux. Les associations membres du CLAP en Île-de-France ayant préparé cette création ont souhaité que ce soit réellement une nouvelle étape dans la vie de la région : elles ont voulu l'inscrire dans une « Charte pour la régionalisation du CLAP Île-de-France » qui a été approuvée lors de l'assemblée générale constitutive de cette nouvelle association, le 26 novembre 1993. Cette charte commence ainsi : « La régionalisation du CLAP est pour les associations membres et du réseau une opportunité pour agir à partir d'un projet associatif tenant compte de la réalité régionale, au service du mouvement associatif et en phase avec les réalités du terrain ».

    Ensuite, le projet global est réaffirmé : « La société interculturelle signifie l'acceptation de l'expression de toutes les langues et cultures, dans le respect de la diversité et de la laïcité » ; « La défense de l'égalité des droits implique une capacité d'action et de proposition avec d'autres, pour revendiquer une justice égale pour tous ».

    Enfin, les trois principaux axes stratégiques sont reformulés : « agir pour renforcer et favoriser la vie associative et son développement ; rénover les pratiques de lutte contre l'analphabétisme et l'illettrisme ; promouvoir les diversités culturelles ».

    Au milieu des années 1990, la nouvelle organisation du CLAP rencontre des difficultés croissantes. Le FAS, après avoir poussé à la régionalisation, retire peu à peu son soutien à la structure nationale qui est contrainte au dépôt de bilan en novembre 1995 : la liquidation judiciaire du CLAP national est prononcée en décembre 1995. Plusieurs associations régionales du CLAP devront également fermer leurs portes dans les années suivantes.

    Le CLAP Île-de-France, après s'être développé pendant les années 1990, rencontre à son tour des difficultés financières dues à la convergence de plusieurs causes, en particulier :

    • la professionnalisation du secteur de la formation dont le financement doit désormais être soumis au code des marchés publics et dont les possibilités de subventionnement diminuent : cette évolution fragilise les associations de formation à but non lucratif, en particulier celles qui font appel au bénévolat ;
    • la remise en cause par le FASILD (qui a succédé au FAS) du rôle de Comité de liaison assuré par le CLAP Île-de-France, au service des associations ;
    • les changements dans les missions confiées par le pouvoir au FASILD qui déstabilisent bon nombre d'associations, dont le CLAP Île-de-France. Ces modifications s'accompagnent de tentatives d'instrumentalisation des associations par les financeurs publics.

    En 2001-2002, le concours financier du FASILD aux principales actions menées par le CLAP Île-de-France n'a pas été renouvelé, ce qui a conduit au dépôt de bilan de l'association en juin 2002. Malgré la mobilisation du réseau associatif et l'appel aux pouvoirs publics, la liquidation judiciaire du CLAP Île-de-France a été prononcée en décembre 2002.

    Les activités du CLAP évoluent en fonction des besoins des associations qui se diversifient.

    Historiquement, les propositions pédagogiques du CLAP ont d'abord traité de l'alphabétisation et des mathématiques. D'ailleurs, au cours des années 1970, le CLAP intègre le collectif dit des « 45 » qui, mis en place en 1972 à la suite d'une rencontre entre animateurs, linguistes, psychologues et responsables des cours pour les travailleurs immigrés, est à l'origine de la réflexion entreprise sur l'alphabétisation. Ce collectif permet aussi, plus largement, d'intervenir en partenariat avec d'autres organismes auprès des pouvoirs publics lorsque sont en cause les possibilités de promotion des immigrés et les moyens d'agir des associations. Parmi les principales associations à l'initiative de ce réseau se trouvent la FASTI, Culture et liberté, la Cimade et le Secours catholique. On y trouve aussi l'AEFTI, la Ligue de l'Enseignement, la Fédération des Clubs Léo Lagrange, etc.

    Les activités relevant du domaine pédagogique abordent, ensuite, les cours de français en tant que langue étrangère puis la remise à niveau en français.

    A partir de la décennie 1980-1990, le CLAP s'attache à définir le projet d'une société interculturelle. Depuis 1990, le CLAP a élargi son champ d'action dans les domaines de la lutte contre l'exclusion, du soutien à la vie associative et des droits civiques. Les interventions concernent plus largement la formation et la reconversion, l'appui au développement local, le soutien à l'action éducative, la promotion des langues et cultures d'origine, la lutte contre l'illettrisme.

  • Histoire de la conservation :

    Historique de la conservation

    Les archives du CLAP IDF ont été sauvegardées au moment de sa fermeture puis transférées dans les locaux de Génériques (janvier 2003). Les conditions d'urgence de l'enlèvement des archives (env. 70 m.l. en une demi-journée à deux personnes) n'ont pas permis de conserver leur topographie initiale (par bureau) afin de pouvoir repérer ensuite les différents producteurs. Une première évaluation du fonds a d'abords été entreprise par Virginie Beaujouan, chargée de mission à Génériques, afin de mettre en exergue quelques pistes de recherche (présentation sommaire du fonds). Puis, en 2007, le récolement de l'ensemble du fonds a été réalisé par Quentin Dupuis et Tatiana Sagatni. Enfin, dans le cadre de la campagne de dépôt des fonds d'archives de l'immigration dans des centres publics de conservation du patrimoine initiée par Génériques, en collaboration avec la direction des Archives de France, le fonds du CLAP IDF a été transféré aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis en juin 2008.

  • Présentation du contenu :

    Présentation du contenu

    Le fonds présente la vie du CLAP IDF comme délégation régionale au sein du CLAP national puis comme structure associative autonome jusqu'à sa disparition ce qui explique les dates extrêmes antérieures à sa création et allant jusqu'en 2002.

    Le comité régional et la délégation régionale du CLAP IDF constituent les structures souples les plus proches du terrain. Sont donc traitées à ce niveau des questions aussi diverses que le lancement d'une activité, les supports pédagogiques, le soutien et le suivi pédagogique, les recrutements, les finances et les subventions, les relations avec les pouvoirs publics, les difficultés de fonctionnement associatif, etc.

    Le fonds d'archives montre le fonctionnement du CLAP IDF, parallèlement à celui du CLAP national, au travers de son Conseil d'administration composé essentiellement de représentants d'associations membres

    Le CLAP IDF, en 2002, regroupait une cinquantaine d'associations.

    ; il permet aussi de comprendre les relations entretenues au sein du réseau CLAP ainsi que les relations avec les différents partenaires associatifs, institutionnels et financiers (on trouvera par exemple les organismes suivants : Conseil régional IDF, conseils généraux d'IDF, FASILD, CREPS, Collectif national interassociatif pour l'insertion sociale et professionnelle, Fédération des centres sociaux, CLP, Cité des sciences et de l'industrie de la Villette, Association de lutte contre l'illettrisme (ALCI 77), Conseil en pratiques et analyses sociales (COPAS), Groupe départemental de lutte contre l'illettrisme (GDLI), ASSFAM, Office municipal de Paris).

    Le fonds comprend donc les documents concernant l'administration et le fonctionnement du CLAP national, des délégations et comité régionaux, du CLAP transnational et du CLAP IDF : statuts, règlement intérieur, liste des associations membres, convocation et compte rendu des réunions des différentes instances (comité régional, assemblée générale, conseil d'administration, bureau, équipe, comité d'entreprise), rapport moral, rapport et bilan d'activités, rapport de fonctionnement, audit, bilan financier, budget, comptabilité, demande de subvention et relations avec les bailleurs, documents relatifs à la gestion du personnel, annuaire des compétences, documents de gestion des locaux, documents pour la gestion des abonnements et du centre de ressources, archives relatives à la programmation et à la gestion des formations (appels d'offre, projet d'activité), correspondance.

    Sont également bien représentées dans le fonds, les actions du CLAP IDF et de son équipe pluridisciplinaire composée de formateurs professionnels, de chargés d'études et de projets, d'une documentaliste et d'intervenants chargés de bilans linguistiques sur les plates-formes linguistiques de l'Office des migrations internationales. Les chargés d'études assurent les formations, les permanences-conseils et le travail pédagogique. Ainsi, le fonds comprend majoritairement les documents ayant attrait aux formations de formateurs et d'acteurs socio-professionnels, à l'animation de réseaux au niveau régional, à l'expertise et au diagnostic-conseil (organisation, déroulement, suivi et bilan).

    Du point de vue des formations, outre le programme national du FAS de formation des acteurs de la formation et de l'insertion socio-professionnelle, on retrouve plus précisément :

    • la formation de base qui est la première formation proposée à tous les formateurs bénévoles désirant avoir une activité d'alphabétisation avec des migrants. Cette formation initiale aborde l'apprentissage du français oral et écrit et l'initiation aux mathématiques et ce, dans un contexte plus global de réflexion sur les problèmes de l'immigration, en lien avec les autres activités des associations. Faisant suite à la formation de base, un suivi pédagogique personnalisable est possible au niveau régional (par ex. : bénévolat, vie quotidienne : maths et raisonnement, évaluation, utilisation du référentiel de formation linguistique de base, passage à l'euro) ;
    • d'autre part, des sessions spécialisées sont organisées sous forme de « stage de formation sur catalogue » afin de répondre aux besoins d'approfondissement des formateurs et en fonction de la demande de chaque région. Ces formations très diverses peuvent être liées à l'apprentissage linguistique et mathématique (langages oral et écrit, mathématiques, les outils audiovisuels dans les cours d'alphabétisation), à l'animation (animation et organisation d'un cours, alphabétisation et vie de quartier, à la connaissance du milieu (connaissance de vie des travailleurs immigrés). Elles peuvent aussi se spécialiser sur des thèmes tels que la formation des femmes immigrées, le soutien et le rattrapage scolaire ou l'éveil culturel. En dehors des formations régulièrement programmées, des formations plus spécifiques peuvent avoir lieu pour répondre à une demande plus précise et ponctuelle et qui permet d'approfondir des points particuliers d'apprentissage posant problème aux formateurs.
    • enfin, d'autres formations sont proposées : formations à la vie associative, formations aux langues et cultures d'origine (organisées en fonction de différents publics) et des formations à l'animation (BAFA, BEATEP).

    L'ancrage régional du CLAP IDF s'identifie également par ses activités de coordination et d'animation de réseau : rencontre de coordination des associations et organismes intervenant sur le terrain, "coordination familles rejoignantes", animation des sites, mise en place d'un pôle linguistique et d'une plate-forme d'accueil des primo-arrivants, atelier de formation de base, etc.

    Du point de vue de la réflexion et de la production d'outils pédagogiques (par ex. : guide méthodologique Se repérer), des groupes se sont constitués pour travailler sur des projets communs. Plusieurs actions de formation donnent lieu à une recherche plus approfondie ce qui prend la forme d'une « recherche-action », un groupe plus large que les intervenants habituels se chargeant de la préparation puis de l'analyse et de la théorisation. Le fonds comprend des documents relatifs aux recherche-actions pour la mise en place d'un réseau Alpha à Sarcelles ou pour la mise en place d'une validation des acquis linguistiques (Yvelines), aux actions expérimentales, à la réflexion sur la formation et le développement d'une charte de qualité. Des rapports (enquête, étude) concernent les thèmes suivants : illettrisme, femmes immigrées, vie associative et développement local, pratiques culturelles dans les rapports intercommunautaires de quartier, politique institutionnelle en matière de formation des migrants, enseignement des langues.

    En dehors des activités régulières de formation et de recherche, des manifestations plus ou moins scientifiques sont aussi organisées : concours régional d'écriture, journée de l'écriture, colloque, journées d'études, d'information et de sensibilisation, journée régionale.

    Par ailleurs, le fonds comprend une collection conséquente des publications du CLAP ainsi qu'une importante richesse documentaire en terme de documentation générale, théorique et pédagogique :

    • le bulletin national « Alphabétisation & promotion » est prioritairement destiné aux moniteurs et responsables d'associations. Il est le moyen que se donne le CLAP pour faire le lien et favoriser la communication entre ses différents adhérents. Plus ponctuellement, le bulletin « CLAP-Info » est publié chaque fois qu'un sujet d'intérêt collectif et urgent se présente ;
    • le bulletin régional « Alpha et promotion » pour la région Alsace-Lorraine est, depuis la première rencontre régionale des associations du CLAP en juin 1975, le moyen de donner régulièrement des éléments de réflexion sur la situation de l'immigration en région en permettant aux associations de s'informer mutuellement de leurs réalisations et de leurs problèmes et en regroupant les informations diverses de la délégation à destination des groupes et des associations. L'existence de ce bulletin et son lien avec le bulletin national sont officiellement reconnus lors de l'assemblée générale de 1976.
    • Pour l'Ile-de-France, le bulletin de liaison « Infos Contacts » puis « La lettre du CLAP IDF » témoignent de la volonté de concrétiser la réalité régionale. Ce périodique a donc pour objectifs de développer les liens que le CLAP entretient avec les associations de son réseau et avec différents partenaires en diffusant des informations relatives à leurs champs d'interventions.
  • Mode de classement :

    Mode de classement

    Remarques préliminaires : il s'agit, ici, d'un récolement détaillé qui présente le fonds dans l'ordre où sont rangés les archives. Il n'y a donc pas de classement ni matériel ni intellectuel. La numérotation des articles – dont les unités matérielles de conditionnement sont très variées – est continue de 1 à 149 puis de 1000 à 1204 ce qui correspond au récolement du fonds dans son ensemble mais pris par deux bouts !

  • Conditions d'accès :

    Modalités d'accès

    Modalités réglementaires applicables aux archives publiques.

  • Sources complémentaires :

    Il s'agit ici d'une liste non exhaustive des sources complémentaires. Celle-ci se limite, d'une part, aux fonds du réseau CLAP et, d'autre part, aux fonds sur lesquels Génériques a travaillé.

    • fonds du CLP (le CLAP a été membre du CLP) (conservé à Génériques, Paris) (http://www.generiques.org/archives_privees.html)
    • fonds ZNIBER (Abdallah Zniber a été actif au CLAP Haute Normandie, Picardie et à Rouen puis délégué général adjoint au CLAP IDF de 1987 à 1990) (le fonds est actuellement en cours de classement à Génériques, Paris).
    • fonds de l'AEFTI Fédération

      Les fonds de l'AEFTI 93 et de l'AEFTI 75 sont actuellement en cours de classement dans leurs locaux associatifs.

      (conservé au siège de l'AEFTI) (http://www.generiques.org/archives_privees.html)
    • fonds du CLAP Midi-Pyrénées conservé à Toulouse.

      Association Génériques. Les Étrangers en France. Guide des sources d'archives publiques et privées XIXe-XXe siècles, Génériques/Direction des Archives de France Paris, 1999.

      (http://www.generiques.org/archives_immigration.html)
    • 247 J Fonds de l'Association pour la promotion et l'intégration dans la région d'Angers (APTIRA) (1975 – 1992) (3,00 ml) (conservé aux Archives départementales de Maine-et-Loire)

    Pour compléter et actualiser cette liste, il est possible de se référer à la base Bora-Archives privées

    http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx/ap/

    de la Direction des Archives de France pour les fonds privés contenus dans les centres des Archives nationales et dans les services départementaux d'archives ainsi qu'au guide des sources sur la formation, en cours d'élaboration par le Groupe d'études – histoire de la formation des adultes (GEHFA).

    Site Internet du GEHFA, rubrique « les archives de la formation » : http://gehfa.com/5_Archives/Archives.htm

  • Bilbiographie :

    Bibliographie

    Liste indicative des publications du CLAP (rapports) citée depuis le site internet de l'Institut national de la Jeunesse et de l'Éducation Populaire (INJEP).

    • Réseaux de solidarité et intégration sociale dans la population maghrébine du Haut du lièvre : les femmes médiatrices. / Lorraine COMITE DE LIAISON POUR L'ALPHABETISATION ET LA PROMOTION ; CLAP, Guy DIDIER, Odette MIMICA. - COMITE DE LIAISON POUR L'ALPHABETISATION ET LA PROMOTION (CLAP) - Lorraine, 1993. - 47 p.
    • Femme immigrée, vie associative et développement local. / CLAP COMITE DE LIAISON POUR L'ALPHABETISATION ET LA PROMOTION., Edua OLIVEIRA DE. - COMITE DE LIAISON POUR L'APHABETISATION ET LA PROMOTION. (CLAP), 1992.
    • Jimlog. Un système-expert sur les droits des jeunes issus de l'immigration. / Paris CLAP. - CLAP - Paris, 1991. - 23 p.
    • Réseau de solidarité et intégration sociale dans la population maghrébine du Haut Lièvre - les femmes médiatrices. / Alsace-Lorraine COMITE DE LIAISON POUR L'ALPHABETISATION ET LA PROMOTION, Guy DIDIER, Odette MIMICA. - COMITE DE LIAISON POUR L'APHABETISATION ET LA PROMOTION. (CLAP)-Alsace Lorraine, 1993. - 47 p.
    • Associations de jeunes issus de l'immigration maghrébine en Rhône-Alpes : ACJIM - Grain magique Zaama d'Banlieue - JALB. / Rhône-Alpes CLAP. - CLAP (Rhône-Alpes), 1990. - 248 p.
    • Conditions de l'enseignement des langues et cultures d'origine (LCO)- Arabe et Portugais en milieu associatif. / COMITE DE LIAISON POUR L'ALPHABETISATION ET LA PROMOTION. - CLAP, 1991. - 61 p.

    Se reporter également au site Internet du GEHFA où une bibliographie des publications sur l'histoire de la formation ainsi qu'une rubrique actualité documentaire sont mises en ligne

    Site Internet du GEHFA, rubrique « bibliographie » : http://gehfa.com/4_Bibliographie/Bibliographie%20des%20publications%20sur.htm

    .

  • Autres données descriptives :

    Exploitation du document

    Liste des cigles

    ADEP : Agence nationale pour le développement et l'éducation permanente

    ADFI : Association de défense des familles et de l'individu victimes de sectes

    AEFTI : Association pour l'enseignement et la formation des travailleurs immigrés et leurs familles

    AFB : Atelier de formation de base

    AFI : Atelier de formation individualisé

    AFI : Association Accueil aux familles et insertion

    AFPA : Association nationale pour la formation professionnelle des adultes

    AG : Assemblée générale

    AIA : Année internationale pour l'alphabétisation

    AIDDA : Association interculturelle de production, de diffusion et de documentation audiovisuelles

    ALCI : Association de lutte contre l'illettrisme

    APEC : Association pour l'emploi des cadres

    APFEEF : Association de parents de familles espagnoles émigrés en France

    ARDEVA : Association régionale pour le développement de la vie associative

    ASSFAM : Association de service social familial migrants

    ASTI : Association de soutien aux travailleurs immigrés

    AVQ : Atelier de vie quotidienne

    BAFA : Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur de centre de vacances et de loisirs

    BEATEP : Brevet d'État d'animateur technicien de l'éducation populaire et de la jeunesse

    BEEP : Bureau européen d'éducation populaire

    CA : Conseil d'administration

    CDAG : Comité européen des associations d'intérêt général

    CE : Comité d'entreprise

    CERFA : Centre d'enregistrement et de révision des formulaires administratifs

    CFG : Certificat de formation générale

    CLP : Comité de liaison pour la promotion des migrants et des publics en difficulté d'insertion

    CNASEA : Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles

    COPAS : Conseil en pratiques et analyses sociales

    CREDIF : Centre de recherche et d'études pour la diffusion du français

    CRIF Formation et Conseil : Professionnels de la formation, de l'emploi et des ressources humaines

    CUEEP : Centre universitaire-économie d'éducation permanente

    DADS : Déclaration annuelle de données sociales

    DALF : Diplôme approfondi de langue française

    DELF : Diplôme élémentaire de langue française

    DRJS : Direction régionale de la jeunesse et des sports

    EAPN : Réseau européen des associations de lutte contre l'illettrisme

    FAS : Fonds d'action sociale

    FASILD : Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations

    FNDVA : Fonds national pour le développement de la vie associative

    FONJEP : Fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire

    FSE : Fonds social européen

    GDLI : Groupe départemental de lutte contre l'illettrisme

    GERMAE : Groupe d'études et de recherches de méthodes actives d'éducation

    GISTI : Groupe d'information et de soutien aux travailleurs immigrés

    GPLI : Groupe permanent de lutte contre l'illettrisme

    IDF : Île-de-France

    IRIS : Réseau européen pour les femmes

    LCO : Langues et cultures d'origine

    MJC : Maison des jeunes et de la culture

    OMI : Office des migrations internationales

    PAQUE : Préparation active à la qualification et à l'emploi

    RH : Relations humaines

    SIFE : Stage d'insertion et de formation à l'emploi

    UDASTI : Union départementale des Associations de solidarité avec les travailleurs immigrés

    UNAFEC :

    UNESCO : United nations educational, scientific and cultural organization

    UPROMI : Organisme de formations " sur mesure " auprès de différents publics (demandeurs d'emplois, salariés, particuliers) sur des thématiques linguistiques, de communication, de raisonnement logique et d'accompagnement.

    ZEP : Zone d'éducation prioritaire

  • Organisme : Archives départementales de Seine-Saint-Denis (Bobigny).
  • Mots-clés