/medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_031/FRGNQ_PH_002_031_203_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_28/photos/FRGNQ_PH_002_031/FRGNQ_PH_002_031_204_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 2 médias

Taleb Rabah

  • Date :

    1960-1990

  • Description physique :

    Genre/Carac. phys. : Document iconographique

  • Nature du contenu : Document iconographique
  • Présentation du contenu :

    Présentation du contenu

    Taleb Rabah est né à Tzit en Kabylie en 1930. Fils de paysan, il émigre en France au début des années 1950 et travaille comme ouvrier dans une usine sidérurgique de Moselle. Il rejoint le FLN et s'installe à Paris au début de la guerre d'Algérie. A 22 ans, il participe à un radio crochet pour la radio AKA, dont Fraid Ali, directeur artistique, et dirige une émission sur les chanteurs amateurs. Il est alors repéré et enregistre son premier disque chez Barclay. Pendant cette période, suivant la veine nationaliste arabe, il tourne dans les galas de Bahia Farah. Il rentre au pays après l'indépendance et intègre la Radiodiffusion-télévision algérienne (RTA). Il s'affirme dans le genre qui lui et propre: chanteur "classique" de la chanson kabyle. Il inaugure la chanson kabyle solo avec guitare en se libérant du carcan orchestral. Il accorde au texte un intérêt majeur et est reconnu autant comme poète que comme chanteur par ces textes où l'ironie sociale l'emporte sur la morale.

    Avava rabi akyarham (Paix à ton âme, père), lfouk zith d'ilmasbah (La chandelle n'a plus d'huile), mathachfam (Vous souvenez vous) et tnadigh ahazahriw (Je cherche ma chance) figurent parmi les chansons les plus connues de son répertoire. Il a inspiré des chanteurs comme Idir ou Aït Menguellet.

  • Bilbiographie :

    Bibliographie

    Rachid Mokhtari, « Taleb Rabah, Un classique de la chanson kabyle » in Mokhtari (Rachid), La chanson de l'exil les voix natales (1939-1969). Alger : Casbah Edition, 2001.

  • Mots-clés