/medias/customer_28/affiches/FRGNQ_A_4193_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

Hassan Tabar, musique traditionnelle iranienne / Elele. ParisElele, [ca 1995-1996].[ca 1995]-[ca 1996]

  • Cote :

    4193

  • Date :

    [ca 1995]-[ca 1996]

  • Description physique :

    Description physique : Texte en caractères noirs sur fond gris

    Collation : 1 impression photomécanique (affiche)

    Dimensions : 42 × 30 cm (image)

    Genre/Carac. phys. : Document iconographique

    Noir et blanc ou couleur : noir et gris

  • Nature du contenu : Document iconographique
  • Langue :

    Langue du texte : français

  • Biographie ou histoire :

    Présentation du producteur

    Le Radif désigne le répertoire classique de la musique savante iranienne. – Le Santour est un instrument de musique du Moyen-Orient de la famille des cithares sur table. – Les Jeunesses musicales de France sont un réseau associatif de promotion de la musique vivante. – La fondation Cziffra a pour objectif de promouvoir de jeunes musiciens parmi lequels elle désigne chaque année des lauréats. Elle fut créée en 1974 par Georges Cziffra, pianiste hongrois naturalisé français, qui acquit et restaura la chapelle royale de Saint-Frambourg à Senlis afin d'offrir un espace de concert pour les jeunes musiciens.

  • Présentation du contenu :

    Texte de l'affiche

    Dans le cadre de leurs soirées Musiques-Mosaïques, les associations Elele et Aksak présentent : Hassan Tabar, concert de musique traditionnelle iranienne, le 18 mars à 20h30. Concerts et réservations, Elele.

    Hassan Tabar : santour. Hassan Tabar est né à Ghavzin [Iran] dans une famille où l'on apprécie la musique traditionnelle iranienne et où l'on y attache une très grande importance. Il s'intéresse à la musique dès son plus jeune âge et acquiert à l'adolescence une bonne connaissance du ""radif vocal"" sous la direction de Mirzâ Ali Akbar Khorram Ghazvini. A l'âge de 16 ans, il s'initie au santour auprès de Hosseïn Shafi'i qui lui enseigne les bases de la musique savante traditionnelle iranienne. Il poursuit ses études musicales au Centre de conservation et de diffusion de la musique avec Mas'oud Shénâssâ auquel il garde une immense reconnaissance. C'est là qu'en peu de temps, il parvient à apprendre tout le cycle du ""radif"" de Abol Hassan Sabâ et de Mirza Abdollâh. A partir de 1982, il enseigne le santour tout en poursuivant ses études et conserve des liens avec Maître Farâmarz Pâïvar dont les admirables connaissances musicales l'imprègneront à jamais et pour lesquel il a une très grande estime. Enfin, c'est en 1985 qu'il s'installe en France où il enseigne le santour. Il donne de nombreux concerts en Europe. En 1987, il est lauréat de la Fondation Cziffra et les Jeunesses musicales de France l'ont choisi pour leurs tournées pédagogiques 1993/1994 et 1994/1995.

  • Mots-clés