Droit et liberté
Le 26/06/2013 à 11h51 par Génériques
Résumé

Le 8 mai 1945 marque la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie et la fin des combats en Europe. A l’occasion du 67ème anniversaire de cet événement, Génériques propose de revenir sur la collection de Droit et liberté, journal édité par le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP), dont les origines sont directement liées à la Résistance.

Le 8 mai 1945 marque la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie et la fin des combats en Europe. A l’occasion du 67ème anniversaire de cet événement, Génériques propose de revenir sur la collection de Droit et liberté, journal édité par le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP), dont les origines sont directement liées à la Résistance.

 

La Genèse

La Résistance française désigne un ensemble d’organisations, de réseaux et d’individus agissant dans la clandestinité contre l'occupation allemande et le la collaboration française avec les autorités allemandes entre 1940 et 1945.

Parmi ces différentes organisations, le Mouvement national contre le racisme (MNCR), fondé en 1941, avait pour objectif d'aider les enfants juifs menacés de déportation. Composé de juifs et de non-juifs, le MNCR organisait des évasions du territoire français, fabriquait de faux papiers et cachait des enfants menacés de déportation. Le MNCR faisait partie de la Résistance intérieure française, un ensemble de réseaux et d’organisations œuvrant sur le territoire français. Une autre activité du MNCR était la publication de journaux clandestins. Dans la zone occupée, sous contrôle allemand depuis juin 1940, le Mouvement national contre le racisme imprimait le titre J'accuse. Dans la zone libre, sous contrôle de l’état français de juin 1940 à novembre 1942 puis sous contrôle allemand jusqu’à la Libération, le nom du journal était Fraternité.

Le MNCR était notamment en lien avec l'Union des juifs pour la résistance et l'entraide, (UJRE) créée en 1943, qui publiait également un journal clandestin, Droit et liberté. Ce journal continua à sortir de manière officielle après la Libération.

Après la Seconde Guerre mondiale le MNCR et l'UJRE continuent à exister en œuvrant au soutien des familles de déportés. En 1949, le MRAP est créé par des anciens du MNCR, et Droit et liberté en devient le journal. Au début des années 1950, l'organisation milite alors activement contre le réarmement de l'Allemagne. Elle agit en parallèle contre le racisme et l'antisémitisme, notamment par des actions en justice. A partir de 1977, le MRAP change de nom et devient le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples.

 

Séries et numérotation

La collection présente dans Odysséo réunit 151 numéros de Droit et liberté, publiés entre 1948 et septembre 1952. Pour chaque publication, un deuxième numéro est inscrit entre parenthèses. Il s'agit de la numérotation prenant en compte les publications clandestines.

Ces publications sont divisées en deux séries dans Odysséo. La première correspond aux parutions avant la fondation du MRAP en 1948. Elle est divisée en deux périodes. La première correspond au sous-titre « hebdomadaire de la vie juive ». La seconde a pour sous-titre « fondé dans la clandestinité ». Les journaux vont du numéro 0 au numéro 36.

Dans la seconde sous partie, le journal s’appelle Droit et liberté, organe du MRAP. Cette série est divisée en années : 1949, 1950, 1951 et 1952. La numérotation reprend au numéro 1, avec entre parenthèses le numéro par rapport à la publication d’origine : 105.

 

Quelques exemples d'articles portant sur l'immigration

 

Pour aller plus loin...

Odysséo contient également de nombreuses affiches éditées ou coéditées par le MRAP. Elles sont disponibles dans différents instruments de recherches. Pour les trouver, il faut rechercher le "Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) (Paris, France)" dans le formulaire de recherche.

 

 

 

 

 

 

Melting post : La loi Pasqua : anti-regroupement familial (affiche du MRAP)

Consacré par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, le regroupement familial est un droit ancré dans la tradition française. Il s’agit d’une procédure qui permet à l’étranger régulièrement installé en France d’être rejoint, sous réserve de remplir certaines conditions, par les membres de sa famille proche (son conjoint majeur et ses enfants mineurs) et de mener une vie familiale normale en France.

En savoir +

 

Paru en mai 2012

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte