Les journaux tunisiens en France
Le 26/06/2013 à 10h31 par Génériques
Résumé

Parmi les périodiques disponibles sur Odysséo, un certain nombre d'entre eux ont été édités à la fin des années soixante et pendant les années soixante-dix par des groupes d'opposants tunisiens alors résidents en France. Ces journaux proviennent du fonds d'Ahmed et Simone Othmani, aujourd'hui déposé à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC).

Parmi les périodiques disponibles sur Odysséo, un certain nombre d'entre eux ont été édités à la fin des années soixante et pendant les années soixante-dix par des groupes d'opposants tunisiens alors résidents en France. Ces journaux proviennent du fonds d'Ahmed et Simone Othmani, aujourd'hui déposé à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC).

Les trois principales collections présentes dans Odysséo sont celles du Groupe d'étude et d'action socialiste Tunisien (GEAST), de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) et de l'Union des travailleurs immigrés tunisiens (UTIT). Pour cette troisième organisation, les publications perdurent jusqu'aux années 1990.

 

Groupe d'études et d'action socialiste tunisien (GEAST)

Avec l'indépendance de la Tunisie en 1956, le Parti du Néo-Destour d'Habib Bourguiba arrive au pouvoir. Dès les années soixante, une chape de plomb s'abat sur la Tunisie où l'opposition est muselée et enfermée. En 1968, les dirigeants et une centaine de militants du Groupe d'études et d'action socialiste tunisien, groupe d'opposition de gauche et connu sous le nom de leur revue Perspectives, sont ainsi arrêtés. De nombreux militants tunisiens en France, mettent en place des campagnes pour sensibiliser la population française à la situation en Tunisie. Les membres du GEAST sont finalement relaxés dans les années soixante-dix grâce en partie à l'action des dissidents tunisiens en France

Avec l'indépendance de la Tunisie en 1956, le Parti du Néo-Destour d'Habib Bourguiba arrive au pouvoir. Dès les années soixante, une chape de plomb s'abat sur la Tunisie où l'opposition est muselée et enfermée. En 1968, les dirigeants et une centaine de militants du Groupe d'études et d'action socialiste tunisien, groupe d'opposition de gauche et connu sous le nom de leur revue Perspectives, sont ainsi arrêtés. De nombreux militants tunisiens en France, mettent en place des campagnes pour sensibiliser la population française à la situation en Tunisie. Les membres du GEAST sont finalement relaxés dans les années soixante-dix grâce en partie à l'action des dissidents tunisiens en France

La collection d'Odysséo contient notamment le journal El Amel Tounsi (Le travailleur tunisien), le journal Perpectives tunisiennes. On trouve également plusieurs bulletins d'information.

 

L'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET)

L'Union générale des étudiants de Tunisie est un syndicat étudiant créé en 1953 à Paris et influencé par le parti destourien au pouvoir après l'indépendance. La collection de l'UGET contient notamment le journal L'étudiant tunisien à Paris et Flash information, un bulletin édité par le comité de Paris.

 

Union des travailleurs immigrés tunisiens (UTIT)

L'Union des travailleurs immigrés tunisiens a été créée en 1974. Elle devient en 1994 la FTCR, Fédération tunisienne pour une citoyenneté des deux rives. Le principal journal que l'on trouve dans cette collection est Al-Ittihad, publié à partir de 1974. La ligne éditoriale est axée sur l'actualité tunisienne et internationale pour les Tunisiens résidents en France. Il est écrit en arabe. Sont aussi présents les journaux Ech-Chaab et Machmoum.

Trois autres collections contiennent des journaux de l'immigration tunisienne. La collection du Comité international pour la sauvegarde des Droits de l'Homme en Tunisie (CISDHT) regroupe quatre bulletins publiés entre 1969 et 1973. Celle du Comité tunisien d'information et de défense des victimes de la répression (CTIDVR) qui rassemble les bulletins d'information de l'organisme ainsi que des dossiers de presse sur la situation économique et sociale de la Tunisie et les procès politiques. Enfin la collection du Groupe d'information pour les luttes en Tunisie (GILT) où se trouve le bulletin de liaison du groupe.

 

(Paru en septembre 2011).

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 18/11/2013 par Génériques
Le 18/11/2013 par Génériques